Informations diverses

André Séguron m'a appris que "Du Bouchet Fraïsse, il ne reste rien. Seul son emplacement est cadastré." et "L'emplacement du château est à peine discernable par satellite, sur place ras du sol on ne voit rien. La tour avait été construite vers 1363. Ravagée par la foudre en 1657 et 1730, elle fut arasée au ras des toitures de sa chapelle (Ste Anne) en 1768. Puis servit de carrière."

Différentes écritures :
Au fil du temps, le nom a pu changer ou s'écrivait différemment selon la langue utilisée (latin, roman, occitan,..). Voici d'autres écritures ou appellations trouvées :
Bouschet-Fraysse

Sources d'information :
- Plan du cadastre napoléonien de 1836 (Archives départementales de la Lozère).
D'après le nom des parcelles (qu'André Séguron m'a fournis), le château devait occuper les parcelles 32 à 36.
 
- Les tours disparues du canton de Grandrieu en Gévaudan (par André Séguron / éditions Lacour-Ollé, collection Rediviva, Nimes / 2015)
L'auteur consacre un chapitre au château (p. 25-49).
 
- Mémoires historiques sur le Pays de Gévaudan et sur la ville de Mende, qui en est la capitale (pour servir au dictionnaire universel de la France / par le Révérend Père L'Ouvreleul, Prêtre de la doctrine chrétienne, directeur et professeur de théologie morale du séminaire de Mende / Nouvelle édition, chez J. J. M. Ignon, imprimeur-libraire / Mende, 1825 / p. 27)
Le Père L'Ouvreleul cite le château du Bouschet comme étant encore en bon état en 1724.